Comment faire ses devoirs à la maison ?

Comment faire ses devoirs à la maison ?

Les devoirs de maison sont souvent source de tensions voire de conflits entre les parents et l’enfant. Si la question des devoirs concerne en premier lieu l’enfant, les parents sont aussi anxieux à l’idée d’affronter ce moment désormais redouté des deux parties. Si vous cherchez des astuces sur comment gérer les devoirs à la maison, ces quelques conseils pratiques pourront vous être utiles.

Instaurez un cadre de travail moins formel

Le cadre rigide de l’école génère déjà du stress à l’enfant. Si vous recréer cette même ambiance à la maison, ne soyez pas surpris si votre enfant ne manifeste pas l’envie d’apprendre. Alors, comment faire ses devoirs à la maison ? Commencez par lui proposer de travailler dans de bonnes conditions.

S’il a envie de faire ses devoirs sur la table basse du salon (télé éteinte bien évidemment) ou ailleurs que sur son bureau qui lui rappelle trop sa place à l’école, ne vous y opposez pas. Gardez ceci en tête : plus l’enfant est à l’aise, plus il est réceptif. Pareillement, s’il vous demande la permission de mettre une musique de fond pour mieux se concentrer, n’hésitez pas.

Instaurez une routine pour lui donner des repères

Sans tomber dans la rigidité, il est important de mettre en place une routine. Cette démarche permet à l’enfant de savoir à l’avance ce qui l’attend. Il peut donc ajuster ses réactions en conséquence. À la longue, une routine stable permet à l’enfant d’être autonome et plus confiant. Il sera plus disposé à apprendre.

Dans cette routine, accordez du temps à la distraction. À son retour de l’école, privilégiez les moments de détente : goûter, jeux, etc. Et puis place aux devoirs. Ce n’est là qu’une idée de trame mais n’hésitez pas à demander l’avis de l’enfant pour établir le planning. Peut-être préfère-t-il finir ses devoirs dès qu’il arrive à la maison pour avoir le reste de la soirée libre.

Bien organiser le temps de travail

Vous cherchez comment bien faire ses devoirs à la maison ? Pensez à une bonne organisation. Avec les devoirs de maison, votre enfant aura également à réviser ses leçons, à apprendre des poèmes, à lire des livres, etc. La masse de travail peut parfois être conséquent. Laissez votre enfant s’organiser à sa manière : finir les devoir avant de passer aux leçons ou vice versa.

Si votre enfant demande à faire une pause, accordez-le-lui. Gardez toujours en tête qu’un jeune enfant ne reste concentré qu’une quinzaine de minutes. Pour un enfant de 10 ans, ce temps de concentration peut aller jusqu’à 40 – 45 minutes. Entrecoupez donc le travail de pauses. Néanmoins, il est absolument nécessaire de limiter ce temps de repos à 5 minutes en moyenne pour que l’enfant puisse se replonger rapidement dans ses études.

Accompagnez l’enfant sans entraver son autonomie

Pour bien gérer les devoirs à la maison, pensez à mettre une distance saine entre vous. Voici les erreurs à ne surtout pas faire : ne jouez pas les professeurs, ne faites pas les devoirs à sa place, ne lisez même pas les énoncés pour lui. Cela ne signifie aucunement qu’il doit se débrouiller tout seul. L’idée est de le laisser faire, de s’éloigner et de n’intervenir que sur demande.

La question est donc de savoir jusqu’où aider votre enfant dans ses devoirs. S’il est en difficulté, demandez-lui par exemple relire plusieurs fois l’énoncé et d’identifier les données disponibles. Demandez-lui ce qu’il doit faire pour réaliser telle opération ou pour construire telle phrase. Si besoin, demandez-lui de revoir les leçons y afférant pour mieux comprendre. Ensuite, laissez-le faire ses devoirs. Plus tard, rien ne vous empêche de vérifier le travail fait avec lui.

Quelles attitudes adopter en cas crise ?

La réticence de l’enfant face aux devoirs de maison génère souvent un conflit avec les parents. Plus l’enfant se braque, plus les parents s’emportent et la crise s’intensifie. S’acharner ne résout rien. Pour désamorcer la situation, ne lui mettez surtout pas la pression. Vous pouvez lui expliquer les tenants et les aboutissants des devoirs sans pour autant le stresser.

Les réticences s’expliquent parfois par des difficultés que l’enfant ne souhaite pas exprimer. Vous pourrez alors lui proposer de lui expliquer les leçons et les énoncés de façon ludique. Si la situation ne s’améliore pas, n’hésitez pas à passer le relai (à l’autre parent, à un autre membre de la famille, …).

Rassurez votre enfant

Si votre enfant rencontre des difficultés, le décourager est l’erreur à ne surtout pas faire. Il est par ailleurs absolument déconseillé de le comparer à son cousin major de sa classe ou à son meilleur ami qui travaille mieux que lui. Il faut savoir que chaque enfant a son propre rythme et méthode d’apprentissage. Si vous lui faites comprendre que vous le respecter tel qu’il est, il sera plus réceptif.

Prenez aussi le temps de rassurer votre enfant. C’est le meilleur moyen pour lui redonner confiance et d’avancer. « Ne t’inquiète pas », « Tout va bien aller », « Je suis là si tu as besoin de moi », … Quelques mots simples suffisent pour amener votre enfant à croire en ses capacités.

Ajoutez quelques exercices si nécessaires

Ajoutez des exercices pour un travail personnel peut aider votre enfant à dépasser ses difficultés. Néanmoins, n’imposez pas directement ce supplément de travail. Demandez-lui son avis, assurez-vous que cette technique peut réellement lui être utile.

Si votre enfant est d’accord, n’hésitez pas à lui accorder une pause entre les devoirs de maisons et les suppléments d’exercices. Tenez aussi en compte du fait que l’enfant doit encore apprendre ses leçons. Il est donc important de limiter le volume de surcharge. Mais bien gérée, cette méthode peut réellement être bénéfique.

Professeur particulier et psychologique : quand y penser ?

Faire appel à un professeur particulier ne doit pas être la première solution adoptée face aux crises générées par les devoirs de maison. Faites appel à ce recours si et seulement si l’enfant présente de réelles lacunes, des faiblesses que l’enseignant lui-même vous aurait fait part. La solution doit par ailleurs être temporaire, le temps que l’enfant retrouve son niveau ou regagne confiance en lui.

Si réellement la situation avec votre enfant bloque, n’hésitez pas à demander l’avis du psychologue scolaire. Vous pouvez aussi consulter un spécialiste hors du cadre de l’école si la première option risque de mettre votre enfant mal à l’aise. Dans l’un ou l’autre cas, ces professionnels seront de bons conseils en tenant compte du cas de chaque enfant mais aussi de l’attitude des parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *